Loading

Road trip dans les maritimes

La saison estivale est certainement le temps idéal pour découvrir des coins de pays au volant de notre voiture; et cette année, ce fût l’appel des maritimes qui m’a séduit et c’est avec la Bambi Airstream que j’ai traversé le Nouveau-Brunswick, l’île-du-Prince-Édouard et la Nouvelle-Écosse. On pense parfois bien connaître notre Canada mais c’est sur la route, à la rencontre de sa population que nous réalisons les différences qui font de notre pays un endroit si riche de par ses gens, ses paysages et sa culture.

Mon premier arrêt s’est fait au parc national de Kouchibouguac au nord-est du Nouveau-Brunswick, sur la côte acadienne entre Caraquet et Shédiac; la gentillesse et la bonne humeur des acadiens est un atout indéniable tant l’accueil est chaleureux partout où l’on va dans cette région. La plage de Shédiac peut sembler pas mal trop occupée pour certains  mais celle de l’Aboiteau à 500 mètre au nord de Cap-Pelé et accessible par l’allée Petite Côte est celle que je préfère de par sa tranquillité et son coté sauvage.

Bambi Airstream et la Cabot Trail

L’Île-du-Prince-Édouard, la plus petite et la moins populeuse de nos provinces est fascisante par la couleur rouge de sa terre et de ses plages mais aussi par l’unique caractère de ses villages et des populations qui les habitent, comme par exemple les dizaines de familles amish qui se sont installées à l’île au cours des dernières années; réputés pour se tenir loin des technologies et de la modernité, les gens de cette communauté cuisent leurs pains et cultivent des fruits et légumes qu’ils vendent sur le bord de la route, installés non loin de leur charrette et leurs chevaux, souvenir d’une autre époque. Le parc national de Cavendish, le charmant village de Victoria by the Sea, et la plage secrète de St-Peters harbour sont des incontournables.

Gros coup de coeur pour la Nouvelle-Ecosse; bien sûr il y a la Cabot Trail, cette route sinueuse qui longe la côte de ce parc national est tout simplement spectaculaire. Peggy’s Cove avec son phare, son littoral de roches plates et ses maisons de bois est d’une rare beauté; c’est aussi un lieu assez bouleversant avec la visite du mémorial aménagé en souvenir des victimes du vol 111 de Swissair qui s’était abimé non loin de cette côte. Et finalement, la découverte de Lunenburg, petite ville classée patrimoine mondial par l’Unesco vaut le détour, et un séjour prolongé.


Que faire :

  • Voir et vivre les marées les plus hautes du monde au parc provincial de Hopewell Rocks à la baie de Fundy au Nouveau-Brunswick. On arrive en après-midi à la marée haute et on quitte le lendemain midi à la marée basse après avoir marché le fond marin. Des différences de marées qui peuvent atteindre jusqu’à 14 mètres selon les heures et les saisons.
  • Hopewell Rocks à marée basse

  • Faire la tournée des cantines et des restaurants afin de trouver les meilleurs lobster rolls de la région des maritimes. Mes préférés sont du Blue mussel café et du Lobster barn à l’Île-du-Prince-Édouard et ceux du Sou’Wester à Peggy’s Cove en Nouvelle-Écosse.

Où manger :

Bar Kismet

Le plus récent des restaurants dans le quartier branché de la rue Agricola de Halifax. Cuisine artisane, maintenant en nomination pour un des dix meilleurs nouveaux restaurants au Canada selon le magazine En Route. La chef propriétaire, Annie Brace-Lavoie, a fait ses classes chez Nora Gray et Liverpool à Montréal et à Buca et Bar Isabel à Toronto; une belle feuille de route. Sans réservation; on y arrive tôt, ou encore mieux tard.

Bar Kismet

Fireworks

Cet endroit vaut à lui seul le fait de traverser le Pont de la Confédération pour se rendre à l’île-du-Prince-Édouard. Michael Smith, chef célébré au Canada et animateur au canal Food Network, s’est installé dans le secteur de Bay Fortune où il a ouvert une auberge et un restaurant devenu une des meilleures tables au pays. Précurseur du concept de la ferme à la table, ce chef offre une expérience gastronomique qui débute dans les jardins avec une visite des potagers suivi par l’apéro aux différentes stations d’hors d’oeuvres dont celle des huîtres Colville, cultivées juste dans la baie en face, et se poursuit avec un menu extraordinaire entièrement préparé sur feux de bois. Sans propane, ni électricité, comme dans le bon vieux temps.

Restaurant Fireworks du Inn at Bay Fortune

Lincoln Street Food

Ce restaurant, on l’aura deviné, est situé sur la rue Lincoln, en plein coeur de Lunenburg. Un chef qui compte parmi ses meilleurs amis les fermiers du coin et les pêcheurs en bas de la côte; ambiance électrique, spécialement le soir où j’y étais et que nous avons passé la soirée à la chandelle dû à une panne majeure dans le secteur. Dans cette même petite ville le midi, rendez-vous au meilleur café, le N09.

Où dormir :

Inn at Bay Fortune

Sans grande surprise, cette auberge qui abrite le célèbre Fireworks est l’endroit tout désigné pour séjourner dans cette charmante partie de l’ile-du-Prince-Édouard. Décorées par la propriétaire, Chastity Smith, les chambres sont toutes uniques, mariant le charme des meubles d’époque, des objets fabriqués par des artisants locaux et le confort d’aujourd’hui.

Les chalets Shobac

Shobac

Un des meilleurs architectes au pays, Bryan Mackay-Lyons, s’est installé sur la côte atlantique à Upper Kingsburg et y a construit au fil des années les plus belles maisons contemporaines que l’on croit sorties directement de la revue Dwell. Possibilité d’en louer une pour quelques jours et ce, l’année durant. voir aussi la sliding house du même architecte.

No 9 Coffee bar à Lunenburg

 

rgermainauteur

rgermainauteur

LEAVE A COMMENT

%d bloggers like this: