Loading
Le Bosphore de la terrasse du Four Seasons

Istanbul, entre l’Europe et l’Asie

Vibrante est certainement le mot qui me vient à l’esprit pour qualifier cette ville. Malgré les dernières années très difficiles pour l’industrie touristique en général, et ce, à la grandeur de la Turquie, Istanbul est une mégapole extrêmement intéressante à visiter.

Curieusement, j’aurais pensé que cette ville vivait une période de léthargie profonde avec tout ce qu’on peut entendre aux nouvelles au sujet des dernières attaques terroristes, mais ce qui surprend dès l’arrivée, en route de l’aéroport au centre-ville, est toute la construction de multiples projets de tours de condos. Bien sûr, les touristes ont déserté la destination depuis quelque temps, mais certains hôteliers en profitent pour construire ou rénover leurs établissements afin d’être prêts lorsque la manne reviendra.

C’est véritablement l’une des villes où l’on retrouve les plus beaux hôtels à ce moment-ci : les Four Seasons, Ritz, Park Hyatt et le plus récent St-Regis, ou les plus « boutiques » telles que les W, Morgan, A’jia, ou les plus cools et accessibles, comme le Witt ou le Mama Shelter. Chacun y trouve son compte grâce à un rapport qualité/prix présentement imbattable.

Chambre du Park Hyatt

On y mange aussi très bien; j’aime beaucoup la tradition de commencer le repas avec une sélection de mezzés turcs. Aussi, le climat ensoleillé et confortable presque à longueur d’année nous permet de choisir parmi les nombreux restaurants qui se sont installés sur les toits d’édifices et qui nous permettent de voir la mosquée bleue, Sainte-Sophie, la tour de Galata ou le célèbre pont qui traverse le Bosphore.

L’incontournable Sainte-Sophie dans la partie Sultanahmet de la ville

La tour médiévale de Galata, un des nombreux symboles d’Istanbul

Mixité des cultures

Arpenter les rues de la vieille ville jusqu’à la partie plus moderne, de l’Europe à l’Asie, reste une expérience enrichissante. La mixité des cultures, provenances et religions donne à Istanbul une effervescence si caractéristique à elle.

Les secteurs où je préfère rester sont situés dans la nouvelle partie de la ville, soit Nisantasi, quartier central huppé avec les bannières réputées qui attirent la clientèle locale et internationale.

Plus près du Bosphore, le quartier Karakoy est le plus intéressant par son évolution des derniers années; on y retrouve des galeries d’art, des cafés et des restos bondés avec une clientèle jeune et artistique. Dans ce secteur en pleine transformation, on rénove des bâtiments pour accueillir de nouveaux commerces ou hôtels tels que le Peninsula qui devrait ouvrir ses portes en 2019.

Terrasses du quartier Karakoy

C’est aussi à cet endroit où l’on doit faire un arrêt obligé au célèbre hammam Kilic Ali Pasa; datant du 16e siècle, il fut rénové à grands frais pour en faire un havre de détente où les soins et services sont de plus en plus luxueux. Le meilleur hammam en ville.

Hammam Kilic Ali Pasa


Que faire :

  • Aller se prélasser quelques heures au hammam Kilic Ali Pasa.
  • Visiter le palais Dolmabahçe, ancienne résidence du sultan situé le long du fleuve Bosphore.

 

Où manger :

Naif

Petit resto de quartier qui est devenu une destination prisée pour la qualité de sa cuisine.

Mükellef

Terrasse sur le toit offrant une vue spectaculaire sur Sainte-Sophie et la mosquée bleue. Ambiance animée et cuisine du célèbre chef Arda Türkmen, chef star au pays.

 

Où dormir :

10 Karakoy

Petit hôtel-boutique de Groupe Morgan réputé pour ses hôtels design attirant une clientèle qui aime aussi la proximité des restaurants et de la vie trépidante que le quartier hip de Karakoy offre.

Park Hyatt

Situé dans l’ancienne staff house de l’ambassade italienne, cet établissement de grand luxe suggère dans les chambres des salles de bain qui ressemblent à des hammams.

rgermain

rgermain

LEAVE A COMMENT

%d bloggers like this: