Loading

Désert d’Atacama, un peu de lune, un peu de mars

Comment peut-on entendre parler de voyage en pleine période de confinement…C’est justement le temps de rêver à nos prochaines destinations et de planifier nos prochains voyages; ce projet nous aidera certainement à traverser un tant soit peu ce moment si étrange. Et si on a le goût de partir loin, le plus loin possible, quoi de mieux que d’imaginer un décor qui nous amène sur une autre planète!
Après ce périple mémorable en Antarctique, suivi de séjours urbains à Buenos Aires et Santiago pour ensuite retourner vers le sud jusqu’à la Patagonie chilienne, j’avais l’envie, avant de revenir en plein hiver canadien, d’un peu de chaleur et de soleil. De Santiago vers Calama au nord du Chili, un vol de moins de deux heures nous amène dans un décor tout à fait à l’opposé de ce que le reste du pays nous réserve; du sable et la vue du Pacifique vers l’ouest, la cordillère des Andes et ses sommets enneigés vers l’est, et des formations géologiques exceptionnelles sur la totalité du territoire. De l’aéroport de Calama, le trajet en voiture est d’un peu plus d’une heure pour atteindre San Pedro de Atacama; c’est ce charmant petit village de 5000 âmes, patrimoine de l’Unesco, qui devient le coeur de notre séjour à Atacama. Quelques rue piétonnières, une église historique avec son toit de bois de cactus, et son marché d’artisans, ce village-oasis, autrefois lieu de passage pour le commerce du bétail entre le Chili, la Bolivie et l’Argentine, est devenu le centre touristique du nord du Chili. C’est à cet endroit qu’on s’installe pour un minimum de trois jours afin de visiter les différentes vallées de la région, le champs de El Tatio et ses geysers, la station thermale de Puritama, et les volcans Licancabur et Sairecabur qui font parties du relief de la cordillère des Andes.

Une des caractéristiques intéressantes de l’architecture de San Pedro, est l’utilisation de la technique de l’adobe qui fût empruntée à la culture indienne. Sa façon de construire, que l’on peut aussi voir à Santa Fe en Arizona, consiste à utiliser des briques de boue séchées au soleil; le résultat est que les habitations sont fraîches le jour en absorbant la chaleur du soleil, et chaudes le soir en expulsant vers l’intérieur la chaleur emmagasinée du jour. Quand on parle d’un systeme écoénergétique, difficile de faire mieux!
De par l’architecture du village de San Pedro, le riche passé des civilisations qui ont habité la région et la nature exceptionnelle du nord du Chili, le désert d’Atacama a de quoi surprendre l’explorateur en nous.

Rues piétonnières et façades de maisons d’adobe de San Pedro de Atacama
Des formations géologiques datant de millions d’années

Geysers en constante activité et station thermale près de Machuca

Que faire :

  • Parce que nous sommes dans le désert le plus aride au monde, on se trouve à chercher l’eau…Nous irons donc vers le minuscule village de Machuca où se trouve une station thermale et une multitude de geysers en activité nous démontrant aussi la diversité des paysages de ce désert. Ensuite, dans cette même région, on fait une randonnée d’une demi-journée à une altitude de plus de 4200 mètres le long d’une étroite rivière qui nous mène à une oasis. Une végétation et une faune unique, qu’on prend tout le temps nécessaire d’observer pendant qu’on marche lentement, histoire de s’acclimater à l’altitude.
  • Se déplacer à cheval fait partie intégrante du style de vie de la population locale; c’est quasiment un passage obligé de faire une randonnée équestre afin de découvrir vu de haut les environs de San Pedro. Si les promenades à dos de cheval ne sont pas votre truc, le même parcours se fait à vélo. Dans les deux cas, ne pas oublier crème solaire et bouteilles d’eau!
  • Tout près de San Pedro de Atacama, il y a deux sites complètement surréels à visiter. Le premier, la vallée de la mort aussi appelée vallée de Mars, nous donne la réelle impression d’être sur cette planète; bien bien drôle de se laisser aller à descendre en courant à toute vitesse dans ces immenses dunes de sable. De l’autre côté de la route d’accès de San Pedro, il y a la vallée de la lune, d’une couleur plus grisâtre, qui elle nous donne l’opportunité de marcher dans une vallée couverte de sel apparu à la suite de l’évaporation de l’eau de mer qui s’y trouvait à une autre époque. Encore une fois, un festin pour les yeux. Et petite anecdote, c’est à ces endroits précis du désert d’Atacama que la NASA a envoyé ses rovers martiens afin de les tester dans les conditions les plus similaires à ce qu’on connaît de celle qu’on surnomme la planète rouge.
Randonnée équestre dans les environs de San Pedro de Atacama
Rivière en route vers une oasis
Vallée de la mort ou vallée de Mars, à vous de choisir…
Rivière de sel dans la vallée de la lune

Où manger et dormir :

Hall d’entrée et de rencontres pré-excursions à l’hôtel Explora
Piscines de l’hôtel Explora

Hôtel Explora

Du même groupe hôtelier que celui visité en Patagonie chilienne et à l’île de Pâques, cet établissement reprend de façon contemporaine l’architecture de la région. Il n’y a pas de meilleurs endroits pour découvrir ce désert. Avec des guides chevronnés et des sites à couper le souffle, Explora offre un éventail de plus de quarante expéditions pour scruter toutes les facettes du désert d’Atacama. Que ce soit à pied, en équitation, ou à vélo, toutes les raisons sont bonnes pour ne rien manquer. L’hôtel a même son propre observatoire destiné à la découverte du ciel, un des plus plus clairs au monde, ce qui est fait la destination prisée des plus grands astronomes du monde. Dans cette sorte de tout-inclus nouveau genre, le luxe y est redéfinit par l’attention aux détails, la qualité des excursions, une cuisine raffinée et santé, et une architecture audacieuse mais respectueuse de l’environnement. Quand on parle de développement durable, les hôtels Explora ont la cote.

Tierra Hotel and Spa

Depuis que Explora s’est installé dans le désert d’Atacama en 1998, quelques autres établissements du même type ont suivi. Cela a certainement contribué à mettre le village de San Pedro sur la liste des lieux à découvrir malgré une forte volonté de la population locale de se protéger du tourisme de masse. Ces hôteliers ont compris, que ce soit le Tierra, le Awasi du groupe Relais & Châteaux, ou le Alto , tous ces endroits ont le souci de bien mettre en valeur leur région tout en protégeant l’authenticité du lieu et les valeurs de sa population.Plus récemment le groupe d’hôtels boutique Cumbres offre une belle alternative plus abordable aux hôtels mentionnés plus haut.

De bien beaux endroits pour se laisser imprégner d’un lieu si unique.

Breuvages et canapés à la fin de chacune des excursions
rgermain

rgermain

LEAVE A COMMENT

%d bloggers like this: