Loading

Buenos Aires, l’autre Big Apple

 

Vous dire comment j’aime cette ville… C’est assez rare de trouver un endroit avec une histoire et un  bagage si diversifiés. On dit que la ville de Buenos Aires est peuplée d’Italiens qui parlent espagnol, qui vivent dans des maisons à l’architecture française construites sur la terre d’Amérique et qui ont des traditions anglaises. Buenos Aires, peuplée d’Italiens, pourquoi? Parce qu’une grande partie d’immigrants qui sont arrivés par bateau au cours de la fin du 19e et début 20e siècle venaient d’Italie. Ils parlent espagnol? Bien sûr, nous sommes sur le continent Sud-Américain colonisé plus tôt par l’Espagne; donc même si les Argentins gesticulent et chantent en parlant comme les Italiens, ils parlent espagnol, et bien sûr le meilleur selon eux; du poulet, pollo, se prononce là-bas « pocho »! Des maisons à l’architecture française, comment? Parce que les Argentins ont toujours été fascinés par le raffinement des Français, donc les plus belles résidences de la bourgeoisie, les palais et certains des édifices publiques sont directement inspirés des plus belles constructions parisiennes. Traditions anglaises, Lesquelles? Malgré une relation plutôt tumultueuse avec les Britanniques, une partie de la société argentine en encore très fidèle aux courses de chevaux, au tennis, au polo mais aussi à leurs clubs privés et leurs afternoon teas appelés là-bas, Meriendas, la pause nécessaire pour se rendre jusqu’au dîner en Argentine qui n’est jamais avant 22 heure.

Le Palacio Barolo le long de l’avenue de Mayo

Sur cette terre d’Amérique où tous les espoirs et les rêves étaient permis, ces immigrants, encore très nostalgiques à l’Europe, ont en quelque sorte recrée leurs pays d’origine mais en plus majestueux. Le teatro Colon, grand lieu de culture de la ville, est une réplique de la Scala à Milan, mais en plus grand et plus luxueux. L’Avenida 9 de Julio, qui traverse la capitale est une version des Champs-Elysée, mais en plus large. L’Avenida de Mayo nous rappelle quant à elle le faste des plus beaux quartiers de Madrid. L’Obélisque qui marque le centre de la ville, est trois fois plus haut que celui de la Place de la Concorde à Paris. Le cimetière de la Recoleta avec ses fabuleux tombeaux des grandes familles qui ont marqué l’histoire du pays n’est pas sans rappeler celui du Père-Lachaise.

La Casa Rosada; le balcon d’Evita et son discours enflammé, le balcon de Madonna et son hymne » Don’t cry for me Argentina »

 

Au début du 20e siècle il y a avait un proverbe dans le monde qui disait: être riche comme un Argentin. On comprend qu’aujourd’hui, ce dicton n’est plus tout à fait exact; cependant malgré toutes ces crises économiques, le Péronisme et le règne d’Evita, la dictature de années 70 et 80, les Argentins ont toujours eu cette résilience de surmonter les épreuves et réalisent plus que jamais la richesse de leur histoire qui fait qu’aujourd’hui, la ville de Buenos Aires se fait plus belle que jamais. D’importants ouvrages de restauration et de mise en valeur du patrimoine bâti sont initiés pour le bonheur de tous, résidents comme visiteurs. La ville est en train de retrouver ces lettres de noblesse. Mais ce qu’on retiendra surtout de cette visite de Buenos Aires, est le plaisir de rencontrer un peuple si chaleureux, fier, intense, flamboyant, exubérant, politisé, gastronome, sophistiqué, sensible, passionné, enflammé, et ça peut continuer…

Tournoi de Polo dans Palermo. Entre le Chic d’un Grand Chelem et le glam d’un Grand-Prix de la formule 1

 


Que faire ?

  • Nous sommes en Argentine, on ne quitte pas ce pays sans être allé voir ou danser le Tango!
  • Assister à un match de Polo et vivre une expérience hors du commun de par la partie sportive de l’activité mais aussi de part tout ce qui entoure l’événement, le chic et le glamour de ses supporters.
  • Voir au cimetière de Recoleta le tombeau de la famille Duarte où repose Eva Péron et suivre sa route vers le musée d’art latino-américain, le MALBA.
  • Prendre un café et une medialuna, la version argentine du croissant, au mythique café Tortoni
  • Assister à un spectacle, un opéra ou tout simplement visiter le Teatro Colon, un must.
  • Aller s’inspirer à la Usina Del Arte, ancienne usine récemment transformée en laboratoire créatif où l’on retrouve des expositions de toutes sortes. Aussi, le nouveau centre culturel Kirchner dans cet édifice spectaculaire qui était autrefois le bureau de poste de la cité.

 

 Où manger ?

La Carniceria

Parce qu’en Argentine, ce qu’on consume le plus c’est du boeuf, de la pampa, les prairies du pays et servis dans une parrilla, leur steak house. Et une des meilleures, c’est celle-ci, La Carniceria. Micro restaurant, réservation essentielle.

La Carniceria, une des meilleures parrillas de la ville.

Floreria Atlantico

Dans le genre de restaurants clandestins, du type la Esquina à New york ou des bars speakeasy, celui-ci bat des records avec son concept; magnifique fleuriste qui a pignon sur rue et dès qu’on entre dans le frigo à roses, on descend dans le sous-sol et on découvre un restaurant à l’ambiance survoltée.

Casa Cavia

Situé dans le chic quartier de Palermo, cette magnifique résidence d’époque est maintenant transformée en un genre de concept store abritant un restaurant primé, une librairie et une boutique cadeau.

Tegui

Derrière une porte anonyme et un mur couvert de graffitis, on entre dans un univers gastronomique mais décontracté. Parmi les 50 meilleurs restaurants du monde en 2017.

Le Floreria Atlantico. Un fleuriste et marchand de vin au rez-de-chaussé, un restaurant animé au sous-sol

Où dormir ?

Home Hotel

Un des meilleurs hôtels boutique à Buenos Aires, situé en plein coeur du très cool secteur de Palermo Hollywood. Le brunch autour de la piscine est un beau moment.

Hôtel Pulitzer

En plein coeur de la ville, dans le micro centro, près de la Casa Rosada, de l’Avenida de Mayo et du Teatro Colon, cet hôtel de 104 chambres nous charme par sa déco contemporaine mais chaleureuse. Le bar sur le toit piscine est l’endroit tout désigné pour l’apéro.

Hôtel Park Hyatt Palacio Duhau

Les hôtels de grand luxe ne manquent pas à Buenos Aires; que ce soit la grande dame nommée Alvear Palace, véritable icône de la ville, ou le plus excentrique Faena, dessiné par Philippe Starck, en plein coeur du port rénové de Puerto Madero, un des hôtels les plus spectaculaires reste le Park Hyatt installé dans ce qui était un somptueux palais appartenant jadis à une grande famille d’Argentine. Une minutieuse restauration redonna toutes ses lettres de noblesse à ce lieu spectaculaire au coeur du chic quartier de la Recoleta; si on n’y loge pas, au moins aller visiter son bar et revivre le faste d’une époque.

 

rgermain

rgermain

LEAVE A COMMENT

%d bloggers like this: